Vive la Résistance

  • Accueil
  • > Recherche : oradour glane

5 janvier 2010

Bilan 2009 et projets 2010 par Christophe Bayard, président de « Vive la Résistance ».

Classé sous ACTUALITE,ASSOCIATION,Bilan,Projets 2010 — Vive la Résistance @ 18 h 54 min

tous droits réservés à Vive la Résistance ne pas copier cette image sous peine de poursuites

l’un des grands moments de l’année 2009 : la semaine « Hommage aux Républicains espagnols ». Photo prise lors de l’inauguration, le 21 avril 2009, à la Halle au Blé d’Alençon. De gauche à droite : Michel Leclerc de Hauteclocque, Evelyn Mesquida (auteur de l’ouvrage intitulé « la Nueve »), Joaquim Pueyo (maire d’Alençon) et Carmen Negrín (petite fille de Juan Negrín, dernier chef du gouvernement de la Seconde République espagnole).

 

Nous voici à l’aube de l’année 2010.
Début d’année, moment des bilans. Mais c’est aussi pour moi l’occasion et l’envie de vous livrer quelques pensées et sentiments sur nos travaux et nos actions qui, du fait de la maturation de l’association, ont été en s’accroissant ces derniers temps.
Effectivement, que de chemin parcouru depuis les débuts, il y a une dizaine d’années, avec les premières journées de la Résistance !

L’année 2009 fut exceptionnelle à plus d’un titre car outre les rendez-vous habituels, elle nous a amenés à nous consacrer à l’organisation d’événements culturels liés au calendrier des grandes commémorations et dates anniversaires.

Ce fut d’abord en avril, la semaine « Hommage aux Républicains espagnols » à l’occasion du 70ème anniversaire de la Retirada. Beaucoup de plaisir et de fierté d’avoir, pour la première fois, réalisé un tel événement à Alençon. Des moments très forts avec les conférences, expositions, spectacles, et des rencontres avec d’autres passionnés et acteurs de cette mémoire dans le Sud-Ouest et en Bretagne notamment. Nous poursuivrons ce travail cette année.

Autre semaine spéciale, celle consacrée au 65ème anniversaire de la Libération au mois d’août. Les conférences-débats mises en place dans la Sarthe (Saint-Germain-sur-Sarthe, Ancinnes) et dans l’Orne (Alençon, Écouché, Carrouges) ont pleinement répondu à notre souhait qui était de compléter les cérémonies officielles par des moments d’Histoire et de rencontres sous la forme de véritables séquences pédagogiques.
Nous ne pouvons également qu’être très fiers des cérémonies que nous avons « réinstallées » en forêt d’Écouves le 12 août : à la Croix de Médavy (devant le célèbre char Valois), au carrefour du Point du Jour (également appelé « carrefour du Cercueil »)et à la stèle en hommage au Spahi Roger Rémy. Là aussi nous avons le devoir de pérenniser ces cérémonies en essayant toujours d’en rehausser l’éclat.
Cette exigence envers la mémoire de nos libérateurs a aussi pris la forme d’une grande conférence en hommage au maréchal Leclerc et aux Rochambelles de la 2ème D.B. au mois de décembre. Ce fut aussi l’un des plus beaux moments de l’année.
Alençon, première ville métropolitaine libérée par des Français, se doit d’être à la hauteur de cet héritage historique. Nous en avons la conscience et souhaitons mettre en place de grands projets culturels et artistiques dans notre région. La réouverture d’un espace muséographique consacré à la Division Leclerc est l’une de nos préoccupations ; nous savons que le public l’attend fortement.

Le travail réalisé à destination des élèves est la plus ancienne et la première de nos préoccupations car il s’agit bien de cet objectif primordial qui est de transmettre et d’éduquer. Comme toujours nous l’avons fait au travers des deux traditionnelles « Journées de la Résistance » (en mars et en décembre). Mais aussi, et ce fut une première cette année, avec la mise en place et le financement d’une sortie à Oradour-sur-Glane pour des élèves de troisième du collège Louise Michel (situé dans la Zone d’Education Prioritaire d’Alençon). Et s’il était encore besoin de le prouver, les résultats sont clairs : des élèves très motivés, pleinement investis, et souvent récompensés par de nombreux prix dans le cadre du Concours de la Résistance et de la Déportation. Un travail de fond qui porte ses fruits mais qu’il faut poursuivre sans relâche car nous savons aussi que la lutte contre le totalitarisme et le racisme dans le monde n’est jamais gagnée.

Nous prenons d’ores et déjà rendez-vous pour de nombreuses cérémonies patriotiques (comme celles du 12 août 2010 en forêt d’Écouves), pour de nombreuses conférences-débats et autres travaux d’importance.

L’année 2010 est celle du 70ème anniversaire de l’appel du 18 juin du général de Gaulle. Nous travaillons actuellement à la mise en place d’un événement culturel de grande ampleur à Alençon.
Nous évoquerons notamment le thème très important à nos yeux du ralliement de l’Afrique Équatoriale Française (le Tchad avec le gouverneur Félix Éboué, le Cameroun et le Congo) et du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad à la France Libre fin août 1940. La réussite de la reconquête et la légitimité du général de Gaulle ont d’abord tenu en grande partie à ces « Trois Glorieuses » d’Afrique noire, qualifiées de « faisceau de forces capital » par l’homme du 18 juin. C’est aussi du Tchad (Fort-Lamy et Faya-Largeau) que Leclerc a commencé sa fabuleuse épopée !

Je me dois également d’évoquer ici l’accueil très positif que nous recevons généralement auprès des autorités devenues des partenaires indispensables.
Rien n’a jamais été simple et facile mais nous obtenons aujourd’hui une aide très précieuse auprès de la ville d’Alençon, de la préfecture, du Conseil Général de l’Orne et du Conseil Régional de Basse-Normandie.
Nous aurons, bien évidemment, encore besoin de leur aide cette année comme de celle d’autres partenaires publics et privés ; l’avenir de nos projets en dépend de plus en plus.

Souvent simples, mais tellement chaleureux et sincères, les nombreux messages d’encouragement que nous recevons de la part du grand public nous touchent énormément. Ils sont la preuve de l’intérêt que beaucoup portent à l’étude de cette période exceptionnelle et nous confortent dans notre détermination à poursuivre nos actions.
Conséquence de cet intérêt : notre équipe s’agrandit et ne cesse d’accueillir de nouveaux « « amis de la Résistance ». Ils nous seront très précieux pour continuer efficacement notre mission cette année et je tiens, bien entendu, à les remercier très chaleureusement.

Enfin, je vais de nouveau remercier et saluer tous nos « Anciens » : résistants, Français libres, déportés qui nous donnent sans arrêt tout ce qu’ils peuvent.
Ils sont le moteur de notre motivation et n’ont jamais cessé de nous montrer le chemin. C’est un grand honneur pour nous d’essayer de nous montrer dignes de ce qu’ils ont fait pour la République, notre démocratie et nos libertés. Nous les admirons tant !
A titre d’exemple, je vais vous faire cet aveu : plus j’étudie la personnalité du général Leclerc, notamment au travers de ceux et celles qui l’ont côtoyé, et plus ses qualités me fascinent ! Il est vrai qu’avec de telles personnalités, il n’y a pas une ombre sur le tableau comme l’a si justement dit le général de Gaulle.

En 2010, plus que jamais, Vive la Résistance !

Christophe Bayard
Président de l’association

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

18 juin 2009

Des lauréats du Concours de la Résistance à Oradour-sur-Glane.

Classé sous ACTUALITE,MEMOIRE,SORTIE — Vive la Résistance @ 17 h 11 min

sortieoradourmusedubouchelimoges01.jpg
Les 13 lauréats devant l’entrée du musée national Adrien Dubouché (Limoges) avec Gislaine Danguy (secrétaire de l’association), Christian Bayard (chauffeur) et Christophe Bayard.

 

L’association « Vive la Résistance » a organisé une sortie pédagogique sur le site du village martyr d’Oradour-sur-Glane du 15 au 17 juin 2009. Cette sortie, entièrement financée par le Rotary Club d’Alençon, s’adressait à 13 élèves de troisième du collège Louise Michel, lauréats du Concours de la Résistance et de la Déportation.
La visite des ruines d’Oradour-sur-Glane, village totalement détruit par les nazis le 10 juin 1944, constituait le moment fort de ces trois jours de sortie. Vision terrible et inoubliable d’un acte de barbarie qui a couté la vie à 642 personnes en quelques heures.
Ce séjour en Haute-Vienne a également permis aux élèves de visiter le musée de la Résistance et de la Déportation de Limoges. L’occasion de rappeler l’importance et l’efficacité de l’action de la Résistance du Limousin dans les combats de la Libération mais aussi que la tragédie d’Oradour-sur-Glane n’est toujours pas clairement expliquée car il n’y avait pas de maquis dans ce secteur du département.
Près de 65 ans après : ni haine, ni oubli. Se souvenir constitue en effet la principale raison pour laquelle le site d’Oradour-sur-Glane est devenu monument historique, conservé dans l’état, juste après la guerre.
Le séjour s’est terminé par la visite, plus souriante, du musée national Adrien Dubouché, superbe musée de la porcelaine de Limoges.
Des élèves ravis et un travail de mémoire grandeur nature qu’ils garderont, c’est certain, au plus profond de leur âme
.

monumentoradour.jpg
Détail du monument aux morts d’Oradour-sur-Glane.

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

11 juin 2009

Sortie pédagogique à Oradour-sur-Glane.

Classé sous ACTUALITE,MEMOIRE,SORTIE — Vive la Résistance @ 20 h 10 min

laurats2009.jpg

les lauréats 2009 du Concours de la Résistance et de la Déportation en compagnie de M. Jacques Pigneaux de Laroche, Français libre de 1940, Ancien de la 1ère D.F.L.

 

L’association « Vive la Résistance » organise et finance, en partenariat avec le Rotary Club d’Alençon,
une sortie pédagogique sur le site du village martyr d’Oradour-sur-Glane.

Cette sortie s’adresse aux élèves de troisième
du collège Louise Michel, lauréats du Concours de la Résistance et de la Déportation.

 

Elle se déroulera du 15 au 17 juin 2009.

 

Au programme :

  1. Visite du Centre de la Mémoire et du village martyr d’Oradour-sur-Glane.
  2. Visite du musée de la Résistance et de la Déportation de Haute-Vienne.
  3. Visite du site du Mont Gargan (haut lieu de la Résistance en limousin).
  4. Visite du musée national Adrien Dubouché  Limoges (histoire de la porcelaine de Limoges).

insignemaquislimousin.jpg
Insigne Maquis du Limousin.

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus