Vive la Résistance

30 mars 2010

Spectacle théâtral « Tribunal XXI », le 25 avril 2010, à Alençon.

Classé sous ACTUALITE,HISTOIRE,Spectacles,THEATRE — Vive la Résistance @ 14 h 00 min

L’association « Vive la Résistance » organise à Alençon, du 22 au 25 avril 2010, un événement culturel sur le thème du 70ème anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle.

Conférences-débats, expositions, rencontres avec des grands témoins et spectacle théâtral seront au rendez-vous pendant ces quatre journées.

Vive la Résistance propose :

Un spectacle théâtral

« Tribunal XXI »

Dimanche 25 avril 2010

 16 heures

 Théâtre d’Alençon

Entrée : 12 euros

affichetribunalxxi.jpg

Cette pièce, écrite par Jane Audoli-Courtault et mise en scène par Jérémie Fabre, relate l’histoire et les derniers jours d’un jeune résistant de 20 ans, Bernard Courtault, fusillé au mont Valérien le 3 novembre 1943.
Bernard Courtault était élève de l’École Normale d’Alençon de 1939 à 1942.

C’est avant tout une histoire vraie, les derniers jours d’un résistant dans sa 21ème année…
Cette pièce livre par fragments, par collages – presque du cubisme – les émotions et la personnalité de Bernard Courtault, arrêté et jugé par le tribunal numéro 21, dans sa 21ème année, pour faits de résistance, puis condamné à mort et fusillé le 3 novembre 1943 au Mont Valérien.
Bernard Courtault était élève de l’École Normale d’Alençon de 1939 à 1942.
Pour ce spectacle, sa sœur Jane, dont il parle dans tous ses messages et lettres, a réuni des artistes de grande sensibilité.
Cette création nationale a été réalisée en Haute-Loire au théâtre du Puy en Velay.
La mise en scène est de Jérémie Fabre.
La force du spectacle réside dans la confrontation entre deux esthétiques :
D’une part un rapport au jeu incarné par Olivier Sitruk qui traverse plusieurs personnages dans un code naturaliste et réaliste avec des habits d’époque, un costume d’époque.
Une interprétation au plus près de l’intimité de Bernard Courtault, dans la simplicité, dans la pureté.
D’autre part une création lumière et vidéo de Fred Hocké qui apporte une abstraction grâce à un rapport aux images d’archives et aux images d’aujourd’hui au Mont Valérien (notamment dans la chapelle où les prisonniers se recueillaient avant d’être fusillés).
Pour le son, Mathieu Garzynski propose également une abstraction à partir d’archives sonores.
Au violon, le talentueux Jean-Philippe Audoli (Premier violon au sein du Quatuor Ludwig depuis 1987) interprète des morceaux du 20ème siècle, des musiques chargées d’émotion avec une certaine tension.
Une pièce très forte…

L’acteur principal est Olivier Sitruk

 

Tous drois réservés à Vive la Résistance ne pas copier cette image
Un comédien d’envergure nationale :
Né en 1970, Olivier Sitruk a déjà une carrière assez importante à son actif : cinéma, théâtre, courts métrages, télévision, production. Ses talents sont très multiples.


Quelques exemples :

Il joue notamment au cinéma en 1994 dans L’appât de Bertrand Tavernier où sa performance lui a valu une nomination pour le César du meilleur espoir masculin.
En 2004, dans Mariage mixte avec Olivia Bonamy et Gérard Darmon.

A la télévison, on l’a vu en 2008 dans Coco Channel de Christian Duguay et en 2009 dans Obsessions de Frédéric Tellier.

Au théâtre :

En 2008 dans l’Effet Papillon de Stéphane Guérin-Tillié.
En 2009 dans Le facteur sonne toujours deux fois au Théâtre des Mathurins.


Réservation :

Librairie « Le Passage », 8 rue du Bercail, Alençon.
Office de tourisme d’Alençon
Secrétariat « Vive la Résistance » : 06 12 75 32 24

http://vivelaresistance.unblog.fr/

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

16 avril 2009

Spectacles « Hommage aux Républicains espagnols » à Alençon.

Classé sous Hommage aux Republicains espagnols,Spectacles — Vive la Résistance @ 20 h 18 min

brunospiesser.jpg

Bruno Spiesser

 

Spectacle théâtral

« Ma guerre en Espagne, ou de l’encre dans les bottes »


Par Bruno Spiesser et la Compagnie Fébus

 

Mardi 21 avril – Théâtre d’Alençon – 21 H

 

« Entrée : 10 euros »

 

 

Dans une soif d’exaltation révolutionnaire, John Williams, journaliste étranger s’engage à Barcelone en décembre 1936 dans le conflit espagnol contre l’ennemi franquiste. Au contact du front et de l’arrière il prend conscience que la guerre et le combat politique ne sont pas simplement héroïsme, sacrifice, mais aussi lâcheté, absurdité, trahison.
C’est un homme au cœur des luttes idéologiques du XXème  siècle.
A travers un texte lyrique et bouleversant Bruno Spiesser campe un soldat plus vrai que nature qui sur un ton décalé décrit la réalité de la guerre et passe d’une grande ferveur d’une profonde conviction dans l’engagement à la colère, la désillusion face à la bêtise guerrière.
C’est un témoignage d’un engagement personnel et politique basé sur des notions de solidarité, d’égalité et de liberté.

La guitare au service des mots ou les mots au service de la guitare.
La création musicale de « Pierre Hossein » souligne l’intensité et le côté tragique de cette histoire…espagnole.

Ecrit et interprété par « Bruno Spiesser« , auteur et metteur en scène du festival de Gavarnie.
Création musicale
« Pierre Hossein« 
Avec la présence de la chanteuse
« Maria Aguirre« 

(Durée : environ 1 heure 15)

 

afficheelcomunerojpg.gif
« El Comunero »

 

Concert « EL COMUNERO »

 

« Chants de lutte de la république espagnole »

 

Mercredi 22 avril – Halle aux Toiles – 20 H 30


Avec restauration sur place dès 19 h 00


Des spécialités espagnoles (tapas, pâtisseries, boissons, etc.) pourront être servies dès 19 h, et pendant le concert, avec l’Association normande « France-Espagne ».

 

« Entrée : 10 euros »

 

On y retrouve des chants traditionnels, des poèmes mis en chanson par Paco Ibanez, l’émouvante « A las barricadas » ou « l’Estaca » de Lluis Lach mais aussi le poète et guitariste argentin Atahualpa Yupanqui ainsi que des compositions propres.
Une superbe occasion de (re)découvrir un pan de notre Histoire contemporaine par la musique…


Dans l’esprit de 100 % Collègues et des chants de l’immigration algérienne repris par les ex-Zebda, Mouss et Hakim, voici le projet de Thomas Jimenez, un projet de redécouverte des chants républicains de la guerre civile espagnole, 70 ans après l’événement.
“Et Franco se va paseo”. Thomas Jimenez, il est du groupe l’Air de Rien, et avec l’aide de types venus de deux autres groupes, La Varda et Les Croquants, il va faire revivre la mémoire de son grand-père, l’exil en France, le camp d’Argelès, le monde ouvrier. Reprenant des chants espagnols devenus traditionnels en Espagne, des chansons de Paco Ibanez, Luis Llach ou même Atahualpa Yupanqui, on se promène non sans une certaine nostalgie joyeuse dans cet univers musical où il y a des refrains, immanquablement, qui s’accrochent aux oreilles.
Les chansons sont franchement belles et poétiques, entraînantes ou mélancoliques (mais toujours entraînantes un peu). Sans parler des très connues comme “A las barricadas”, citons les excellentes “Que la tortilla se vuelva”, “A galopar” ou encore “Santa Barbara”. La plupart du temps en voix et guitare sèche, accompagné ou non de quelques cuivres discrets et autres instruments invités, et parfois avec un petit coup plus rock et guitare électrique (”En la plaza de mi pueblo”). Le tout agrémenté d’images diffusées sur écran géant, de commentaires ou de petits récits d’anciens acteurs de cette guerre civile.

 

 

« Formule DUO « Théâtre + Concert » : 16 euros« 

 

Réservation :

  1. Office de tourisme d’Alençon, Maison d’Ozé, Place de la Magdeleine.
  2. Librairie « Le Passage », 8 rue du Bercail – Alençon
  3. Bar restaurant « Le Pouce », Place Poulet-Malassis – Alençon

 

Pour tous renseignements. Veuillez cliquer sur l’image de l’Association ci dessous

logoassociationvivelaresistancenew.jpg

ORGANISATION : Association « Vive la Résistance »

 

 

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus