Vive la Résistance

13 avril 2011

24 avril 2011 : Journée nationale du souvenir de la Déportation.

Classé sous 2010,DEPORTATION,JOURNEE NATIONALE,PUBLICATION,Rendez-vous — Vive la Résistance @ 6 h 00 min

Dimanche 24 avril sera célébrée la Journée nationale du souvenir de la Déportation, qui marquera le 66ème anniversaire de la libération des camps de concentration et du retour des rescapés.

 

Vive la résistance
Les triangles et signes distinctifs portés par les déportés.

 

Message commun des associations de déportés pour la Journée nationale du souvenir de la Déportation.

 

Avril – mai 1945, il y a 66 ans, s’ouvraient les portes des camps de concentration sous les coups de boutoir des forces alliées. Brutalement, apparut en pleine lumière la réalité d’un système d’oppression qui avait organisé scientifiquement la destruction d’êtres humains. Des milliers d’hommes et de femmes rescapés de ces camps d’extermination et de concentration, allaient témoigner, au nom  de millions de morts et de disparus, du danger mortel que recélait un régime établi sur la négation des droits de l’être humain, par son avilissement et sa mort.

Nous qui sommes les survivants de ce système, apportons aujourd’hui notre témoignage, en ces temps de tourmente où se confrontent des extrémismes étatiques ou religieux et les aspirations d’ouverture vers la démocratie et le simple respect des droits de l’homme.

Nous tenons à affirmer notre conviction que ce rappel des luttes et des souffrances d’hier ne doit pas seulement consister en un regard apitoyé ou reconnaissant lancé sur un passé douloureux.

Cette évocation ne saurait être dissociée des espoirs qu’aux jours sombres nous placions dans l’avenir, et que, aujourd’hui encore, nous entendons préserver et développer.

En cette journée du souvenir de la Déportation et des combats de la liberté, les hommes, les femmes et les enfants qui ont vécu ces événements dans leur chair et avec leurs yeux, appellent avec force leurs concitoyens à rester fermes dans la défense des valeurs de liberté, de démocratie, de tolérance et à ne jamais oublier que le monde se construit par la force de l’espoir et par la générosité des hommes, non par la force des dictatures.

 

24 avril 2011 : Journée nationale du souvenir de la Déportation. dans 2010 logoassociationvivelaresistancenew.vignette
« TDR à Vive la Résistance 2011« 

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

1 octobre 2010

Au sujet de l’annulation et du report du spectacle son et lumière « Leclerc » à Alençon.

Classé sous 2010,ASSOCIATION,PUBLICATION,SPECTACLE — Vive la Résistance @ 1 h 00 min

affichleclercvivelarsistance.jpg

 

 

Le spectacle Son et Lumière prévu le 17 septembre 2010 devant le monument Leclerc d’Alençon n’a donc pas pu avoir lieu.
La mairie d’Alençon en a décidé ainsi.
L’association « Vive la Résistance », qui jouit pourtant d’une renommée et d’une reconnaissance nationale, n’a pas mérité mieux qu’un appel téléphonique le 6 septembre, soit 11 jours avant l’événement, de la part du service logistique de la mairie ! La sécurité des personnes n’était paraît-il pas assurée.
Celle-ci, rencontrée voici plusieurs mois, nous avait pourtant suggéré la date du 17 septembre et connaissait parfaitement nos intentions.
Confiants dans tous nos partenaires et sûrs de la qualité de notre projet, nous avions lancé l’opération. Elle s’intégrait de surcroit parfaitement au thème national des Journées du Patrimoine « Les Grands Hommes : quand femmes et hommes construisent l’Histoire ».

Cette soirée s’annonçait très belle. Les Alençonnais, les habitants de la région, et tous les passionnés de l’épopée Leclerc en ont été privés.
Nous le regrettons profondément. D’autant plus qu’il nous paraît évident que ce refus est aussi l’expression d’un manque d’enthousiasme et de bonne volonté. Ce sujet ne devrait pourtant souffrir d’aucune médiocrité.
Aussi j’adresse personnellement mes excuses à tous ceux et toutes celles qui se faisaient une joie d’y assister.

Le général Leclerc était visionnaire, une fois de plus, lorsqu’il disait reconnaître deux dangers dans la vie, le « réel » et « l’administratif »…

Nous tournons la page, convaincus, davantage encore, que notre exigence vis à vis du devoir de mémoire n’est pas vaine et que cela n’est jamais gagné ! Il nous faudra continuer à être très vigilants à l’avenir et ne jamais baisser la garde.

Cette épreuve a créé un choc et suscité l’indignation de beaucoup. Pour notre équipe mais aussi plus largement dans la population.
La presse a largement relayé l’information et nous avons reçu une quantité impressionnante de messages de soutien. Nous en sommes très touchés et remercions tous celles et tous ceux qui nous ont adressé ces messages et nous encouragent à continuer. Ils viennent grossir les rangs de nos adhérents et donnent à l’association encore plus de force.

Et à notre tour, formulons un serment : Jurons de faire en sorte que ce spectacle soit présenté au public.
Nous l’assurons : il le sera, prochainement et sûrement dans un autre lieu. Nous ne manquerons pas de vous tenir rapidement au courant.

Vive la Résistance et vive la 2ème D.B. !

Christophe Bayard
Président

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

17 octobre 2008

Le Musée de l’Ordre de la Libération lance un appel au don.

Classé sous ACTUALITE,MUSEE,PUBLICATION — Vive la Résistance @ 7 h 40 min

cxliberationredimensionner.jpg

La Croix de la Libération, l’insigne de l’Ordre.
Deuxième ordre national français après la Légion d’Honneur


Le Musée de l’Ordre de la Libération, situé dans l’Hôtel national des Invalides, présente d’importantes collections consacrées à la France Libre, à la Résistance et à la Déportation, à travers l’exemple des Compagnons de la Libération.
Jamais rénové depuis la création du musée il y a 40 ans, le bâtiment nécessite une restauration urgente des sols. Le coût des travaux (310 000 euros) ne permet pas à l’Ordre de la Libération de les financer.
C’est pourquoi un dossier de demande de mécénat a été constitué.
Si vous souhaitez soutenir cette rénovation, vous pouvez vous procurer un dossier en téléphonant au 01 47 05 28 30 ou adresser vos dons ou contributions par chèque à l’ordre de « l’agent comptable de l’Ordre de la Libération » à la Chancellerie.


Chancellerie de l’Ordre de la Libération
51 bis bd de La Tour Maubourg 75700 PARIS Cedex 7
chancellerie@ordredelaliberation.fr


« Vive la Résistance«  est fière de pouvoir apporter son soutien au Musée de l’Ordre de la Libération dans sa démarche de sauvegarde d’un patrimoine historique exceptionnel et irremplaçable.


Pour obtenir plus de renseignements sur le Musée de l’Ordre de la Libération, cliquez sur le logo ci-dessous :

capture01.jpg

13 septembre 2007

Le 52ème congrès de l’Union Départementale de l’Orne des Combattants Volontaires de la Résistance.

Classé sous CEREMONIE,PUBLICATION — Vive la Résistance @ 23 h 02 min

congrscvrlaigle07.jpg

L’assemblée générale avec de gauche à droite : Gabriel Brillant (secrétaire de séance), Fernand Lepinay (trésorier), Françoise Comte (présidente), Fernande Simon (vice-présidente) et Yves Duprez (directeur départemental de l’Office National des Anciens Combattants).

L’union Départementale de l’Orne des Combattants Volontaires de la Résistance (U.D.O.C.V.R.) a organisé son 52ème congrès le dimanche 9 septembre 2007 à L’Aigle.

redimensionnerredimensionners1uitedelarticle.jpg

8 septembre 2007

La lettre d’adieu de Guy Môquet.

Classé sous ACTUALITE,PUBLICATION — Vive la Résistance @ 0 h 31 min

Nous publions ci-après la dernière lettre ainsi qu’une biographie du jeune résistant Guy Môquet, fusillé au camp de Choisel (Chateaubriant), avec vingt-six autres otages, le 22 octobre 1941. Guy Môquet qui était le plus jeune des otages n’avait alors que 17 ans.

La journée d’hommage à Guy Môquet a été fixée au 22 octobre, jour anniversaire de l’événement, et sera limitée aux lycées, à déclaré le ministre de l’Education nationale, Xavier Darcos.

« La commémoration de la mort de Guy Môquet, de ses 26 compagnons d’infortune et de tous les autres fusillés est en effet l’occasion de rappeler aux élèves des lycées l’engagement des jeunes gens et jeunes filles de toutes régions et de tous milieux qui firent le choix de la résistance, souvent au prix de leur vie. Tous méritent que l’on se souvienne : ainsi Gilbert Dru, cet étudiant de lettres engagé très jeune dans le combat contre l’occupant nazi assassiné le 27 juillet 1944 par la Gestapo ; ou encore Jacques Baudry, Jean-Marie Arthus, Pierre Benoît, Pierre Grelot et Lucien Legros, élèves de première au lycée Buffon à Paris, qui furent fusillés par les Allemands le 8 février 1943 pour faits de résistance accomplis depuis l’âge de 15 ans. […] La commémoration au cours de la matinée du 22 octobre commencera par la lecture, en classe ou en grand groupe selon le choix des établissements, de la lettre de Guy Môquet. Cette lecture pourra être confiée à tous ceux qui, résistants ou déportés, peuvent aujourd’hui encore témoigner directement des sacrifices consentis ».

Extrait du bulletin officiel [B.O.] n°30 du 30 août 2007.

Nous plaçons en préambule le billet adressé à Odette, actuellement Madame Odette Nilès, et écrit par Guy la veille de sa mort.

guymquet01.jpg

Guy Môquet à Odette, à sa famille

Camp de Choisel, Châteaubriant (Loire-Inférieure)

22 octobre 1941

Ma petite Odette,

Je vais mourir avec 26 camarades, nous sommes courageux.

Ce que je regrette est de n’avoir pas eu ce que tu m’as promis.

Mille grosses caresses de ton camarade qui t’aime.

Guy.

Grosses bises à Marie et à toutes.

Mon dernier salut à Roger, Rino, (la famille)

Et Jean Mercier

Châteaubriant, le 22 octobre 1941

Ma petite maman chérie,

Mon tout petit frère adoré,

Mon petit papa aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, à toi en particulier ma petite maman, c’est d’être très courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre, mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant à mon véritable, je ne peux le faire, hélas ! J’espère que toutes mes affaires te seront renvoyées, elles pourront servir à Serge qui, je l’escompte sera fier de les porter un jour.

A toi, petit papa, si je t’ai fait ainsi qu’à ma petite maman bien des peines, je te salue pour la dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée.

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j’aime beaucoup, qu’il étudie, qu’il étudie bien pour être plus tard un homme.

17 ans et demie, ma vie a été courte, je n’ai aucun regret si ce n’est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michels. Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine.

Je ne peux pas en mettre davantage, je vous quitte tous, toutes, toi maman, Séserge, papa, en vous embrassant de tout mon coeur d’enfant. Courage !

Votre Guy qui vous aime.

Guy.

Dernières pensées : vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir !

redimensionnerredimensionners1uitedelarticle.jpg

12

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus