Vive la Résistance

12 mai 2011

Soirée-conférence avec René Gatissou le 17 mai 2011.

Classé sous ACTUALITE,CONFERENCE - DEBAT,Education nationale,RENDEZ-VOUS-TEMOIGNAGE — Vive la Résistance @ 12 h 55 min

rengatissouprofilretouche.jpg
Le colonel René Gatissou. Crédit photo : Stéphane Lavoué.

 

L’association « Vive la Résistance » organise une soirée conférence avec René Gatissou, Français libre, ancien des Forces Aériennes Françaises Libres et Compagnon de la Libération.

 

Cet événement exceptionnel se déroulera le:

 

Mardi 17 mai 2011

A partir de 20 H 30

Halle aux Toiles – Alençon

 

René Gatissou viendra témoigner devant les élèves du collège Louise Michel l’après-midi avant de rencontrer le grand public en soirée.
Le lendemain, mercredi 18 mai, il assistera à la cérémonie de remise des Prix du Concours de la Résistance et de la Déportation pour le département de l’Orne.

 

croixdelaliberation.jpg
La Croix de la Libération, plus haute décoration française de la Seconde Guerre mondiale.

 

Réné Gatissou, résistant de l’aube, est l’un des 36 derniers Compagnons de la Libération en vie. L’un de ceux qui choisirent le camp du refus de l’Armistice et de la collaboration, en se ralliant au général de Gaulle.
« Ces hommes partis de rien » ont permis de mettre la France dans le camp des vainqueurs en 1945.

René Gatissou est né le 13 mai 1915 à Libourne. Quand l’Armistice est signé en juin 1940, il est soldat à Djibouti. Mécanicien d’aviation hors pair, il décide de résister en faisant du renseignement pour les Anglais. Sur le point d’être arrêté, il s’évade en février 1941 ce qui lui vaudra une condamnation à mort par Vichy. Il parvient à rejoindre la RAF deux mois plus tard en Somalie Britannique et intègre le Groupe Réservé de Bombardement n°1 au sein du 8th Squadron Bomber. Réné Gatissou rejoint ensuite la Syrie pour être affecté au Groupe de Bombardement « Lorraine », dans les Forces Françaises Libres.
Il participe notamment à la Campagne de Libye comme chef mécanicien.
Débarqué en Angleterre le 1er janvier 1943, René Gatissou prend le commandement de toute la partie technique du Groupe. Il participe également à de nombreuses missions de bombardement, souvent très périlleuses, sur le Nord de la France en qualité de « gunner » (mitrailleur en français). Il ne repose le pied en France qu’en juin 1944, soit huit ans après son départ, avec une lettre de mission du général de Gaulle.

René Gatissou pourra évoquer le célèbre Romain Gary dont il fut un proche, pendant la Seconde Guerre mondiale, au sein du Groupe de Bombardement « Lorraine ».

 

garygatissou.jpg
René Gatissou (à droite) aux côtés de Romain Gary (deuxième à droite). Photo prise à Nancy, en août 1945.

 

 

logoassociat<img id=
« TDR à Vive la Résistance 2011« 

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

5 avril 2010

70ème anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle.

Classé sous ACTUALITE,CONFERENCE - DEBAT,semaine speciale — Vive la Résistance @ 15 h 55 min

Du 22 au 25 avril 2010, l’association « Vive la Résistance » organise un événement culturel lié au 70ème anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle.


Retrouvez le programme complet de cet événement en cliquant sur l’affiche ci-dessous :

 

Cliquez sur cette image, pour accéder au programme

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

2 novembre 2009

Conférence-débat le 19 novembre 2009 à Alençon : « Il était une fois la Légion d’Honneur ».

Classé sous ACTUALITE,CONFERENCE - DEBAT,TEMOIGNAGE — Vive la Résistance @ 23 h 39 min

lgiondhonneur.jpg

La croix de Chevalier de la Légion d’honneur.

 

 

L’association « Vive la Résistance » organise une conférence-débat sur le thème de la Légion d’honneur, avec André Bessière et Danièle Déon-Bessière, le jeudi 19 novembre à Alençon.

Elle se déroulera dans la salle Baudelaire (rue Porchaine), à partir de 20 heures 30.


« Entrée libre« 

Une séance de dédicaces sera organisée à l’issue de la conférence-débat.

 

 

André Bessière, résistant-déporté devenu historien, est l’auteur de nombreux ouvrages sur la Résistance et la Déportation.
Il a également publié en 2008 un ouvrage intitulé « Il était une fois la Légion d’honneur, de la croix des braves au ruban rouge ».

couverturelgiondhonneur.jpg
« Il était une fois la Légion d’honneur »

 

Danièle Déon-Bessière est l’auteur d’un ouvrage intitulé « Les femmes et la Légion d’honneur depuis sa création ».
Rédacteur en chef de la revue « Le Ruban rouge », organe de liaison du Cercle Austerlitz, association ayant pour but de pérenniser les valeurs civiques et morales, Danièle Déon-Bessière déploie depuis des années une activité intense dans le cadre d’associations patriotiques. Elle a notamment été secrétaire générale de l’Association des membres de la Légion d’honneur décorés au péril de leur vie et secrétaire générale de l’Amicale des Déportés Tatoués du 27 avril 1944
Depuis 1998, elle se consacre essentiellement à l’écriture et se penche sur le destin de femmes illustres, méconnues ou oubliées.
Membre de l’association des Écrivains Combattants et sociétaire de la Société des Gens de Lettres, elle est également conférencière et auteur d’articles dans différentes revues associatives et sur le Net.

tous droits réservés à Vive la Résistance ne pas copier cette image sous peine de poursuites
André Bessière venu témoigner devant les élèves,
au collège Louise Michel d’Alençon, le 11 mars 2008.

 

Né à Paris le 02 décembre 1926, André BESSIÈRE a quatorze ans en 1940 lorsque, de retour de l’exode, il retrouve la capitale occupée par les troupes allemandes.
Engagé dans la Résistance en janvier 1942, il est chef de groupe lors du démantèlement de sa section en décembre 1943, ce qui l’amène à fuir précipitamment.
Arrêté à la frontière espagnole, incarcéré à la Citadelle de Perpignan puis transféré au camp de Royal-Lieu à Compiègne, il est déporté en Allemagne le 27 avril 1944 avec quelques 1700 autres prisonniers.
Il traverse successivement les camps d’Auschwitz, de Buchenwald et de Flossenburg avant d’être envoyé au kommando de Floha en Saxe.
Libéré par les Russes le 7 mai 1945 à Theresienstadt dans les environs de Prague en Tchécoslovaquie, il y contracte le typhus et ne sera rapatrié que le 23 juin suivant.
Après quelques mois de convalescence, il s’engage dans l’armée afin de préparer l’école interarmée de Coetquidan et cette fois revoit l’Allemagne en vainqueur et en occupant, mais le départ de son régiment pour l’Indochine nécessite une visite médicale qui décèle chez lui un mal contracté en déportation.
Réformé définitivement, il retourne à la vie civile en 1948.
Reprenant alors ses études, il obtiendra son diplôme d’Ingénieur en 1950, fondera sa propre entreprise et, dans les années 60, co-participant à d’importants travaux dans le Constantinois il vivra jusqu’à son terme les grandes étapes du drame algérien.
Retiré des affaires depuis 1983, il se consacre entièrement à la rédaction d’une biographie de groupe couvrant cinquante années de l’histoire de notre pays, ainsi qu’aux responsabilités qu’il assume au sein de diverses Associations.
Après avoir été Secrétaire Général de l’Union Départementale des Combattants Volontaires de la Résistance de l’Hérault, il est aujourd’hui Président de l’Amicale des Déportés Tatoués du 27 avril 1944 et Président du Cercle Austerlitz.

logoassociationvivelaresistancenew.jpg

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

14 mai 2009

Conférence-débat avec Jean-Louis Théobald, le 20 mai 2009 à Alençon.

Classé sous ACTUALITE,CONFERENCE - DEBAT,RENDEZ-VOUS-TEMOIGNAGE — Vive la Résistance @ 11 h 20 min

L’association «  Vive la Résistance »
et le Rotary Club d’Alençon proposent :

Conférence-débat
Avec

 

Jean-Louis Théobald

 

Grand résistant
(Ancien membre de l’équipe de Jean Moulin)

 

Grand Officier de la Légion d’Honneur

 

Mercredi 20 mai 2009
Halle aux Toiles – Alençon
20 H 30
(Entrée libre)

 jlouisthobald01.jpg
Jean-Louis Théobald lors de la « Journée de la Résistance » du 7 mars 2007 à Alençon. 

 

Un parcours exceptionnel :

Jean-Louis Théobald, né à Besançon en 1923, est choisi par Jean Moulin en 1942 à Lyon comme officier de liaison avec le général Delestraint, chef de l’Armée secrète.
Il est arrêté par la Gestapo avec le Général Delestraint, à Paris le 9 juin 1943.
Emprisonné à Fresnes, interrogé à 18 reprises par la Gestapo, Jean-Louis Théobald est condamné, classé N.N. (Nacht und Nebel) matricule 41 444, et déporté en Allemagne avec l’équipe de Jean Moulin.
Evadé durant son transport en janvier 1944 et revenu en France, il passe en Espagne et en Afrique du Nord. Affecté sur sa demande au 1er Régiment de Fusiliers Marins de la 1ère Division Française Libre (1ère D.F.L.), il combat en Italie puis, après le débarquement en Provence, il participe à la libération de la France (Toulon, Lyon, Belfort).
Trois fois blessé avant la fin de la guerre contre l’Allemagne nazie.

Après la guerre, Jean-Louis Théobald sert en Indochine et en Afrique comme administrateur de la France d’Outre-Mer puis diplomate aux USA et en Allemagne.

Jean-Louis Théobald a écrit :
« A vingt ans avec Jean Moulin, de Fresnes à Cassino »
Editions Cêtre 2005

jlthobald.jpg


« La petite équipe que nous formions autour de Jean Moulin en 1942 n’était pas formée à cette activité d’espionnage face à une organisation policière allemande de premier plan.
Plongée dans la clandestinité la plus complète après avoir quitté nos familles, nos études, changé d’identité, de domicile, nous affrontions quotidiennement les polices allemandes, structurées, entrainées, installées.
Notre but était de constituer à travers toute la France une armée de l’ombre et de participer comme nos camarades Français libres qui se battaient dans le désert de Libye à la victoire finale.
Nous ignorions alors que notre destin passait par les prisons, les bagnes, les déportations…
Finalement nous avons gagné mais la plupart de nos camarades sont morts.
Je m’étais promis à Fresnes en 1943 de raconter leur histoire. »

Jean-Louis Théobald

« Dans l’histoire du monde, les plus grandes actions des plus grands peuples sont leurs luttes pour la liberté »

Général de Gaulle, 14 juillet 1941

« Vive la Résistance » vous convie à ce rendez-vous exceptionnel avec la « Grande Histoire » de la Résistance française.

3 décembre 2008

Journée spéciale « Hommage au Maréchal Leclerc et à la 2ème D.B. » le 10 décembre 2008 à Alençon.

Classé sous CONFERENCE - DEBAT,HISTOIRE,PROJECTION,TEMOIGNAGES — Vive la Résistance @ 15 h 11 min

HOMMAGE
AU MARÉCHAL LECLERC
ET À LA 2ème D.B.

Sous la présidence d’honneur de M. Yves Guéna
Président de la Fondation de la France Libre

leclercetdegaulle1947.jpg

 Le général de Gaulle et le général Leclerc, le 10 août 1947,  à Alençon.

 

ALENCON MERCREDI 10 DÉCEMBRE 2008
– HALLE AUX TOILES –

 

17h : Diffusion du documentaire

« La victoire de Dompaire »

(Réalisé par French Factory Production)

 

20h30 : Soirée spéciale

« Une épopée de légende ».


Présentation d’ouvrages, témoignages, dédicaces.

alenon.jpg

Avec la présence exceptionnelle de plusieurs anciens compagnons de route et de combat du général Leclerc

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

12

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus