Vive la Résistance

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 7 février 2012

7 février 2012

Hommage à Pierre Sudreau.

Classé sous 2012,DISPARITION,HOMMAGE,Pierre Sudreau — Vive la Résistance @ 17 h 00 min

Hommage à Pierre Sudreau. dans 2012 Pierre-Sudreau-02

M. Pierre Sudreau, Président d’Honneur de « Vive la Résistance ».

 

Pierre Sudreau s’en est allé le dimanche 22 janvier 2012, à l’âge de 92 ans.
Toute l’équipe de Vive la Résistance est sous le choc de la disparition de son Président d’Honneur.
Grand résistant (dès 1940), Pierre Sudreau fut, à 23 ans, l’un des plus jeunes chefs de réseau de France (Réseau de renseignements « BRUTUS » pour la Zone Nord).
Déporté à Buchenwald (Convoi du 12 mai 1944).
Toute sa vie, qui a traversé le 20ème siècle, fut d’une richesse incomparable.
Pierre Sudreau a reçu les honneurs militaires, dans la Cour d’Honneur des Invalides, le vendredi 27 janvier 2012.

Pierre Sudreau était notamment :

 

Grand’Croix de la Légion d’Honneur
Croix de Guerre 1939/1945
Médaille de la Résistance avec Rosette

 

 Vive-la-R-sistance-et-Pierre-Sudreau-800x1024 Pierre Sudreau dans DISPARITION

Monsieur Pierre Sudreau en compagnie de Christophe Bayard et Patrick Echivard.

 

Nous publions ci-dessous le message de Christophe Bayard, Président de « Vive la Résistance » (également paru dans le journal l’Orne Hebdo – édition du 31 janvier 2012) :

« Nous avons appris avec une immense tristesse le décès de Pierre Sudreau, le 22 janvier 2012.
L’association « Vive la Résistance » a perdu  l’un de ses présidents d’honneur.
Je perds un ami très cher.
Pierre Sudreau fut un homme pour qui l’adjectif « exceptionnel » convenait parfaitement, autant pour son parcours que pour sa personnalité et ses qualités humaines.
Né le 13 mai 1919 à Paris, orphelin de père à l’âge de quatre ans, sa mère, chef d’entreprise, n’a pas d’autre choix que de le placer en pension au lycée de Versailles. Pour échapper à l’ennui et à l’éloignement, il lit beaucoup. Après la lecture de « Vol de nuit » en 1932, il écrit à Saint-Exupéry – « quel culot » me disait-il – qui lui répond. Les deux hommes vont se lier d’amitié ; St-Ex l’invitera souvent et le fera rêver hors de son lycée. Pierre Sudreau en a été profondément marqué. Il vénérait « cet homme qui n’a jamais cessé d’exalter la fraternité humaine, avec de magnifiques histoires d’aventure. » Et chose incroyable révélée par la veuve de Saint-Exupéry après la guerre : le grand écrivain se serait inspiré du « petit Pierre » pour dessiner le Petit Prince avec sa chevelure dorée, son écharpe aérienne et son rire délicieux.
Autre clin d’œil du destin : le 17 juin 1940, il se trouve à Bordeaux, en stage à l’Ecole de l’Air, lorsque l’avion du général de Gaulle décolle pour l’Angleterre.
La Seconde Guerre mondiale transforme Pierre Sudreau en un véritable héros. Résistant dès 1940, il devient à l’âge de 23 ans le chef du réseau Brutus pour la zone Nord, l’un des premiers groupes des services secrets de la France Libre.
Arrêté le 10 novembre 1943, atrocement torturé par la Gestapo, il est mis au secret à Fresnes pendant six mois puis déporté à Buchenwald en mai 1944. Il  y échappe à la mort en compagnie de Stéphane Hessel. « J’ai toujours eu une bonne étoile au dessus de ma tête » me disait-il.
Rapatrié en mai 1945, il est présenté au général de Gaulle avec d’autres chefs de la Résistance. « Qu’il serve l’Etat comme Jean Moulin » a dit le général après l’avoir reçu : il est nommé sous-préfet à 26 ans ! De 1951 à 1955 il est le plus jeune préfet de France, alors en poste à Blois (dont il sera le maire de 1971 à 1989). Il crée, au château de Chambord, le premier spectacle « son et lumière » du monde. Commissaire à la Construction et à l’Urbanisme de la région parisienne, il est rappelé en 1958 par le général de Gaulle qui le nomme ministre de la construction puis de l’Education Nationale. Opposé fermement au projet de référendum sur l’élection du président de la République au suffrage universel, il démissionne en 1962. « Le président de la République ne sera plus que le président de la moitié des Français » avait dit Pierre Sudreau. Une réalité à méditer…
Dans les années soixante, il devient le président de la Fédération des industries ferroviaires et à ce titre le promoteur, convaincu et acharné, du train à grande vitesse qui deviendra le TGV, inauguré en 1981. Situation assez cocasse pour celui qui avait fait dérailler les trains pendant la guerre !
Le périphérique parisien, le quartier de la Défense, le RER, l’aéroport de Roissy, et bien d’autres réalisations, ont été impulsées par Pierre Sudreau aux côtés du général de Gaulle au début de la Vème République (gouvernement dont il était le dernier survivant).
Ce parcours prodigieux en faisait un homme d’Etat – certainement l’un des plus grands de son époque – admiré par toute la classe politique. Il a su maintes fois prouver que le sectarisme était une bêtise.
Les qualités humaines de Pierre Sudreau étaient impressionnantes, « Il faut élever le débat » me répétait-il souvent. Passionné et engagé pour les grands enjeux planétaires, militant pour le désarmement, le dialogue Nord-Sud, la paix au Proche-Orient, il incarnait les plus hautes valeurs humaines qui en faisaient un homme rare.
La Résistance et la Déportation ont déterminé son parcours, façonné son indépendance d’esprit et sa capacité à relativiser les choses.
Nous avons eu l’honneur de le recevoir à plusieurs reprises à Alençon afin de rencontrer les élèves. Nous félicitant et nous remerciant pour notre travail, refusant de se mettre en avant, s’excusant toujours de parler de lui ; sa simplicité, sa douceur et sa gentillesse nous ont beaucoup marqué.
Au contact d’un tel homme, on ne peut que s’élever et s’enrichir.

Pierre Sudreau, qui m’a fait l’immense honneur de m’accepter parmi ses amis, a profondément marqué et influencé mon existence depuis plusieurs années.

« J’ai eu deux hommes dans ma vie : Saint-Exupéry et le général de Gaulle » disait-il malicieusement. A mon tour, je peux dire que j’ai eu un homme exceptionnel dans ma vie.
Pierre Sudreau, qui semblait venir d’une autre planète – tel le Petit Prince – est retourné dans les étoiles. Il faut toujours garder en mémoire les dernières paroles du Petit Prince : « J’aurai l’air d’être mort et ce ne sera pas vrai…Moi aussi je regarderai les étoiles. »
Merci Pierre. Nous continuerons à veiller sur la flamme de la Résistance, comme vous nous l’avez si bien montré. »

 

 Christophe Bayard
Administrateur et délégué de la « Fondation de la France Libre »
Président de  « Vive la Résistance »

 

logoassociationvivelaresistancenew.vignette dans HOMMAGE

TDR à Vive la Résistance 2012

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

Mots-clés :

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus