Vive la Résistance

9 mars 2011

Concours National de la Résistance et de la Déportation 2011.

tous droits réservés à Vive la Résistance ne pas copier cette image sous peine de poursuites
« Thème national »
« La répression de la Résistance en France par les autorités d’occupation et le régime de Vichy ».


Le thème ne concerne d’abord que la répression de la Résistance, envisagée ici plus globalement comme toutes les actions ayant pour but non seulement de réprimer la Résistance mais aussi tous les actes d’intimidation et de représailles et toutes les mesures visant à frapper de terreur la population civile. Si la Déportation, en tant que politique de répression engagée par les autorités d’occupation avec le concours de l’Etat français, fait partie intégrante du sujet, celui-ci ne peut inclure les persécutions engagées à l’encontre des juifs et des Tziganes, ni l’univers concentrationnaire connu par les déportés partis de France. La mémoire nationale et les mémoires locales gardent le souvenir de nombreux massacres et exécutions collectives perpétrés sous l’Occupation, avec des sites emblématiques nationaux et régionaux à haute teneur émotionnelle et des événements commémorés régulièrement sur l’ensemble du territoire.

Comme chaque année, nous proposons dans ce dossier plusieurs documents, textes et témoignages, destinés à aider les élèves dans leur préparation.


Pour accéder à la brochure réalisée par la Fondation de la Résistance, cliquez sur le bandeau ci-dessous :

Pour accéder à la brochure réalisée par la Fondation de la Résistance, cliquez sur le bandeau ci-dessous


Les principaux aspects de la répression de la Résistance en France.


Nous publions ci-après un article extrait d’un numéro spécial « Notre musée » (dépôt légal 2ème trimestre 1995) édité par l’Association du Musée de la Résistance Nationale.


Pour accéder à l’article, cliquez sur le bandeau ci-dessous :

Pour accéder à l’article, cliquez sur le bandeau ci-dessous


_____________________________________________________________________________________

Témoignage de Jean-Jacques AUDUC.


Notre ami Jean-Jacques Auduc est venu témoigner devant les élèves, le 22 février 2011, dans le cadre de la « Journée de la   Résistance, de la Déportation, et des Droits de l’Homme. »Son témoignage est celui d’un enfant dans la Résistance dont la famille a particulièrement subi la répression nazie : ses parents et plusieurs autres membres de la famille ont été arrêtés et déportés.  

Pour accéder au témoignage de Jean-Jacques Auduc, cliquez sur la photo ci-dessous :

Cliquez sur cette image pour voir la suite
Jean-Jacques Auduc. Photo prise le 22 février 2011 au collège Louise Michel (Alençon).

_____________________________________________________________________________________

La répression de la Résistance dans l’Orne.


Nous publions ci-après un extrait de l’ouvrage de Raymond Ruffin intitulé « La Résistance normande face à la Gestapo » (aux éditions « Presses de la cité » – 1981).
Il évoque parfaitement l’escalade de la répression au printemps et à l’été 1944 ainsi que le rôle prépondérant tenu par certains Français aux côtés des forces de répression allemandes.


Pour accéder à l’extrait, cliquez sur la photo ci-dessous.

Cliquez sur cette image pour voir la suite
Etienne Panthou (Armée Secrète). Chef du secteur d’Argentan (Orne). Arrêté, torturé et fusillé par la Gestapo le 28 juin 1944

_____________________________________________________________________________________

L’arrestation de Pierre Sudreau par les services de l’Abwehr.


Nous publions ci-après un extrait de l’ouvrage de Pierre Sudreau intitulé « Au-delà de toutes les frontières ».
Il y évoque les conditions de son arrestation par le 10 novembre 1943 à Paris.
Du fait de la redoutable efficacité de l’Abwehr et de la Gestapo, qui avaient pénétré les organisations de Résistance grâce à un personnel nombreux d’agents doubles, hélas, français, agissant par intérêt ou certitude de la victoire de l’Allemagne, les arrestations se multiplièrent. L’agent double Carré qui œuvra pour les Allemands dès le début de 1941 fut à l’origine d’innombrables arrestations dont celle des dirigeants du réseau Brutus pendant toute l’année 1943. Identifié, l’agent double Carré fut abattu par la Résistance en avril 1944.

Pour accéder à l’article, cliquez sur la photo ci-dessous :

Cliquez sur cette image pour voir la suite
Pierre Sudreau (photo prise à son retour de déportation).
Chef du réseau Brutus pour la zone Nord ; Pierre Sudreau a été déporté à Buchenwald.

 

logoassociat<img id=
« TDR à Vive la Résistance 2011« 

 

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus