Vive la Résistance

16 août 2009

Hommage à Nicolas Wyrouboff, Français libre de 1940, Compagnon de la Libération.

Classé sous ACTUALITE,DISPARITION,HOMMAGE — Vive la Résistance @ 19 h 49 min

nicolaswirouboff.jpg

Nicolas Wyrouboff (photo prise en 2006).

 

  Nous avons appris avec une grande tristesse le décès de Nicolas Wyrouboff, Français libre de 1940 et Compagnon de la Libération, le jeudi 13 août 2009, à l’âge de 94 ans.

Né à Orel (Russie) le 7 février 1915 dans une famille noble, il arrive à Paris en mai 1924. Il y obtient  son baccalauréat puis poursuit ses études à l’université d’Oxford. En août 1940, il s’engage dans les Forces Françaises Libres à Londres sous le nom de « Fleury » pour ne pas attirer d’ennuis à sa famille restée à Paris. Après l’opération de Dakar, il est affecté au Bataillon de Marche N°1 à Brazzaville. Il prend part, en juin 1941, au sein de la Première Division Française Libre (1ère D.F.L.), à la Campagne de Syrie. Muté au Bataillon de Marche N°11, il participe ensuite aux campagnes d’Egypte, de Libye et de Tunisie. Blessé à deux reprises lors de la campagne d’Italie, il termine la guerre après la campagne d’Alsace.
Démobilisé, Nicolas Wyrouboff obtient la nationalité française en 1946 et est engagé aux Nations Unies où il intègre l’Organisation internationale des réfugiés.
En 1963, il devient délégué ministériel aux rapatriés pour la région parisienne.

Nicolas Wyrouboff avait recensé deux cent cinquante tombes de Russes morts au champ d’honneur, au service de la France. Onze Compagnons de la Libération sont d’origine russe (dont dix issus des F.F.L.).

Sur la question des combattants de la France libre et des raisons de leur engagement, Nicolas Wyrouboff avait affirmé récemment : « L’engagement n’était pas une décision prise sur un coup de tête ni après mûre réflexion, mais par conviction et sentiment intime qu’après la défaite on ne pouvait en rester là sans réagir, qu’on ne pouvait pas s’en remettre à autrui pour s’en sortir, qu’il fallait se jeter à l’eau. C’était un acte de courage moral, un acte de foi. […] L’état d’esprit qui a conduit ces hommes à s’engager dans les F.F.L. et qui les a portés au cours de longues campagnes, cet esprit-là n’est pas transmissible et ne laissera pas de trace, seul le récit de l’épopée… »

Nicolas Wyrouboff était notamment Commandeur de la Légion d’Honneur, Compagnon de la Libération (décret du 29 décembre 1944) et Croix de Guerre 39/45 (deux citations).

Vive la Résistance rend hommage à ce magnifique combattant de la liberté et de la démocratie, l’un des premiers compagnons russes du général de Gaulle, qui incarnait l’esprit « Free French » dans toute sa splendeur.

______________________________________________________________

Des publicités intempestives et indépendantes de notre volonté peuvent apparaître momentanément. Nous en sommes désolés.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus