Vive la Résistance

  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 13 octobre 2008

13 octobre 2008

Décès d’Henri Bartoli.

Classé sous ACTUALITE,DISPARITION,HISTOIRE — Vive la Résistance @ 14 h 15 min

dcshenribartoli2.gif

Le Professeur Henri Bartoli, Grand Résistant et « Juste parmi les nations », est décédé le mercredi 1 octobre 2008, à l’âge de 90 ans.

 

Henri Bartoli est né à Lyon le 22 avril 1918.
Peu de temps après le début de la seconde guerre mondiale, son frère est exécuté par les Allemands pour avoir refusé de les renseigner sur les positions françaises à Narwick. C’est le moment où Henri Bartoli prend contact avec la Résistance. Il distribue des journaux clandestins, diffuse Témoignage chrétien, perturbe les projections du film Le Juif Süss avec des élèves de l’école de chimie, qui fabriquent les ampoules de gaz lacrymogène lancées dans les cinémas.
Le grand tournant, ce sont les rafles de 1942, la chasse aux juifs, le S.T.O.
Avec l’aide de son père, médecin, et de quelques-uns de ses patients, employés de la mairie de Lyon, il procure de vrais-faux papiers à ceux qui sont menacés par les rafles allemandes.

Disciple du père Chaillet, le fondateur de l’Amitié chrétienne, Henri devient le camarade d’étudiants juifs, notamment Renée Moerel et son fiancé Marcel David. En 1943, Renée est arrêtée avec sa mère et toutes deux sont envoyées au camp de Drancy.

Henri Bartoli et le père de Marcel multiplient les démarches pour les faire libérer : Henri contacte le Commissariat général aux questions juives, le quartier général allemand en France et divers ecclésiastiques prêts à aider les Juifs. Le père Henri Ménardais rédige alors de faux certificats de baptême au nom de Renée Moerel, de ses parents et de ses grands parents. A la vue de ces pièces, le commissariat aux questions juives délivre à Bartoli une attestation selon laquelle les deux femmes ne sont pas juives. Renée et sa mère sont finalement remises en liberté.

Durant l’été 1943, Henri Bartoli est sollicité par plusieurs Résistants (dont Georges Bidault) pour travailler dans le Comité général des études à l’élaboration d’un programme de politique économique et sociale d’une France libérée (notamment sur la partie « plan »). Ce programme est publié en novembre 1943, dans la clandestinité, et aussitôt remis au Conseil National de la Résistance présidé par Georges Bidault (qui a succédé à Jean Moulin après son arrestation).

Le programme du C.N.R. a été largement appliqué à la Libération par le premier gouvernement du général de Gaulle.

Après la guerre, Henri Bartoli devient professeur d’économie à Grenoble, puis à Paris. Ses cours, ses travaux – articles et livres – portent sur l’économie sociale et l’histoire de la pensée économique.
Professeur émérite à Paris I Panthéon-Sorbonne, il a également enseigné l’économie du travail à l’Ecole polytechnique.

Pendant plus de dix ans (1992-2003), Henri Bartoli fut président du centre français de la Société européenne de culture, une organisation créée après la guerre pour rapprocher les intellectuels des deux parties de l’Europe séparées par le « rideau de fer ».

En juin 1999, Henri Bartoli est fait « Juste parmi les nations » pour avoir aidé des juifs à échapper aux nazis pendant la guerre.

Henri Bartoli affirmait avec force que « résister c’est combattre toutes les injustices, toutes les atteintes à la dignité humaine, toutes les atteintes à la liberté, c’est en même temps créer, c’est reprendre les valeurs qui sont menacées pour leur redonner vie et faire qu’elles répondent aux circonstances historiques nouvelles dans lesquelles elles doivent être vécues ».
Dans une de ses dernières interventions, il était revenu sur cette notion de résistance et sur son actualité. Résister, disait-il alors, c’est lutter contre le chômage, la pauvreté, le déclin des valeurs de la culture, la régression des acquis sociaux. C’est vouloir repenser l’Europe dans une perspective qui ne soit pas purement mercantile.

En mars 2004, à l’occasion de la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil National de la Résistance, Henri Bartoli avait lancé, en compagnie d’autres grandes figures de la Résistance, l’ « Appel des Résistants aux jeunes générations ».

 

Nous publions ci-après le texte intégral de cet appel :

 

logosuite.gif

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus