Vive la Résistance

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2007

23 septembre 2007

Madame Christine Roimier, Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur.

Classé sous ACTUALITE,CEREMONIE — Vive la Résistance @ 23 h 11 min

croimier15septblog.jpg

Christine Roimier lors de son allocution à la Halle aux Toiles d’Alençon.

 

Le samedi 15 septembre 2007, Madame Christine Roimier, maire d’Alençon, recevait les insignes de Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur.
Elles lui ont été remises par M. Alain Lambert, ancien ministre et sénateur de l’Orne, en présence de Messieurs Michel Lafon, préfet de l’Orne, et Gérard Burel, président du Conseil général de l’Orne.
Lors de son allocution, Madame Christine Roimier a remercié tout particulièrement M. Serge Borochovitch, Français libre et ancien de la 2ème D.B. du général Leclerc qui a libéré la ville d’Alençon le 12 août 1944.
A l’issue de cette belle cérémonie, notre ami Serge Borochovitch a eu le plaisir de rencontrer, parmi les élus présents, M. Yves Deniaud, député de L’Orne et fils d’Armand Deniaud, FFL présent à Londres en 1940 (Matricule 1782), Chasseur à la 1ère Compagnie autonome de Chars de Combat. Un moment très fort et chargé d’émotions pour M. Yves Deniaud qui se trouvait alors face à un Français libre qui avait très bien connu son père.

« Vive la Résistance » adresse toutes ses félicitations à Christine Roimier qui ne manque jamais d’apporter son soutien très efficace à toutes nos journées spéciales.

13 septembre 2007

Le 52ème congrès de l’Union Départementale de l’Orne des Combattants Volontaires de la Résistance.

Classé sous CEREMONIE,PUBLICATION — Vive la Résistance @ 23 h 02 min

congrscvrlaigle07.jpg

L’assemblée générale avec de gauche à droite : Gabriel Brillant (secrétaire de séance), Fernand Lepinay (trésorier), Françoise Comte (présidente), Fernande Simon (vice-présidente) et Yves Duprez (directeur départemental de l’Office National des Anciens Combattants).

L’union Départementale de l’Orne des Combattants Volontaires de la Résistance (U.D.O.C.V.R.) a organisé son 52ème congrès le dimanche 9 septembre 2007 à L’Aigle.

redimensionnerredimensionners1uitedelarticle.jpg

8 septembre 2007

La lettre d’adieu de Guy Môquet.

Classé sous ACTUALITE,PUBLICATION — Vive la Résistance @ 0 h 31 min

Nous publions ci-après la dernière lettre ainsi qu’une biographie du jeune résistant Guy Môquet, fusillé au camp de Choisel (Chateaubriant), avec vingt-six autres otages, le 22 octobre 1941. Guy Môquet qui était le plus jeune des otages n’avait alors que 17 ans.

La journée d’hommage à Guy Môquet a été fixée au 22 octobre, jour anniversaire de l’événement, et sera limitée aux lycées, à déclaré le ministre de l’Education nationale, Xavier Darcos.

« La commémoration de la mort de Guy Môquet, de ses 26 compagnons d’infortune et de tous les autres fusillés est en effet l’occasion de rappeler aux élèves des lycées l’engagement des jeunes gens et jeunes filles de toutes régions et de tous milieux qui firent le choix de la résistance, souvent au prix de leur vie. Tous méritent que l’on se souvienne : ainsi Gilbert Dru, cet étudiant de lettres engagé très jeune dans le combat contre l’occupant nazi assassiné le 27 juillet 1944 par la Gestapo ; ou encore Jacques Baudry, Jean-Marie Arthus, Pierre Benoît, Pierre Grelot et Lucien Legros, élèves de première au lycée Buffon à Paris, qui furent fusillés par les Allemands le 8 février 1943 pour faits de résistance accomplis depuis l’âge de 15 ans. […] La commémoration au cours de la matinée du 22 octobre commencera par la lecture, en classe ou en grand groupe selon le choix des établissements, de la lettre de Guy Môquet. Cette lecture pourra être confiée à tous ceux qui, résistants ou déportés, peuvent aujourd’hui encore témoigner directement des sacrifices consentis ».

Extrait du bulletin officiel [B.O.] n°30 du 30 août 2007.

Nous plaçons en préambule le billet adressé à Odette, actuellement Madame Odette Nilès, et écrit par Guy la veille de sa mort.

guymquet01.jpg

Guy Môquet à Odette, à sa famille

Camp de Choisel, Châteaubriant (Loire-Inférieure)

22 octobre 1941

Ma petite Odette,

Je vais mourir avec 26 camarades, nous sommes courageux.

Ce que je regrette est de n’avoir pas eu ce que tu m’as promis.

Mille grosses caresses de ton camarade qui t’aime.

Guy.

Grosses bises à Marie et à toutes.

Mon dernier salut à Roger, Rino, (la famille)

Et Jean Mercier

Châteaubriant, le 22 octobre 1941

Ma petite maman chérie,

Mon tout petit frère adoré,

Mon petit papa aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, à toi en particulier ma petite maman, c’est d’être très courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre, mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant à mon véritable, je ne peux le faire, hélas ! J’espère que toutes mes affaires te seront renvoyées, elles pourront servir à Serge qui, je l’escompte sera fier de les porter un jour.

A toi, petit papa, si je t’ai fait ainsi qu’à ma petite maman bien des peines, je te salue pour la dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée.

Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j’aime beaucoup, qu’il étudie, qu’il étudie bien pour être plus tard un homme.

17 ans et demie, ma vie a été courte, je n’ai aucun regret si ce n’est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michels. Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine.

Je ne peux pas en mettre davantage, je vous quitte tous, toutes, toi maman, Séserge, papa, en vous embrassant de tout mon coeur d’enfant. Courage !

Votre Guy qui vous aime.

Guy.

Dernières pensées : vous tous qui restez, soyez dignes de nous, les 27 qui allons mourir !

redimensionnerredimensionners1uitedelarticle.jpg

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus