Vive la Résistance

  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2006

1 novembre 2006

Témoignage de Raymond Ciroux au collège Louise Michel

Classé sous HISTORIQUE DES JOURNEES TEMOIGNAGES — Vive la Résistance @ 5 h 30 min

raymondcirouxlouisemichel01.jpg

Notre ami Raymond Ciroux, venu apporter son témoignage aux élèves de 3ème du collège Louise Michel le jeudi 8 février 2007.

Raymond Ciroux qui est un authentique résistant de la première heure a livré un témoignage captivant. Il a notamment éveillé l’attention des élèves en leur faisant lire des extraits de « Mein Kampf » d’Hitler et en leur expliquant qu’il avait combattu ces idées pour le respect de la dignité humaine.

En 1994, Bernard Geneslé avait parfaitement résumé le parcours de Raymond Ciroux dans la Résistance :

« A Alençon, l’esprit de Résistance se manifesta dès l’automne 1940 parmi les élèves du lycée. Un petit groupe de copains se livra dans les rues de la ville à quelques premières actions informelles de propagande anti-allemande. Ils interpellaient par exemple les lecteurs de la revue « Signal », organe de propagande à la gloire de l’armée allemande et de la politique de collaboration.

En janvier 1941, le petit groupe commença à se structurer autour de Raymond Ciroux et de Jean Deniau. Ils confectionnèrent des tracts qu’ils distribuèrent et rédigèrent des inscriptions tendancieuses sur la voie publique. Jean Pilou fut arrêté et il fit 15 jours de prison.

Le 11 novembre 1941, répondant à un mot d’ordre diffusé par la radio de Londres, ils organisèrent en ville deux défilés en file indienne d’une soixantaine de jeunes des deux sexes. A partir de décembre 1941, ils prirent l’habitude de barbouiller les façades des magasins du centre ville avec des croix de Lorraine et des « V » de la victoire. La police allemande réagit en faisant monter la garde la nuit par la population aux principaux carrefours pendant quelques jours. Au début de 1942, le groupe s’enhardit dans ses actions d’hostilité : il s’attaqua un soir à la vitrine du cinéma de l’Étoile, avenue Wilson, transformé en foyer du soldat allemand. Ils brisèrent aussi la vitrine du local de propagande en faveur de la L.V.F. (Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme). Des vitrines de magasins affichant le portrait de Pétain furent aussi attaquées.

Tous ces faits sont attestés par un rapport du préfet en date du 26 février 1942 et la presse locale les condamne vigoureusement.

Ciroux et Pilou furent arrêtés par la police française et présentés à un juge d’instruction allemand. Grâce à l’intervention énergique de M. Chesneau, maire d’Alençon, ils furent condamnés, par le tribunal militaire allemand, à la peine minima : 18 mois de prison pour Pilou qui était récidiviste et 6 mois de la même peine pour Ciroux, ils furent incarcérés à la prison de Caen.

A sa sortie Ciroux se retrouva élève au collège Saint-François et il reprit contact avec des éléments adultes de la Résistance alençonnaise comme Etienne Hattet et Daniel Desmeulles son ancien professeur au lycée. Il fut chargé de diverses activités de Résistance comme la distribution de la presse clandestine et le camouflage de réfractaires au S.T.O., jusqu’au jour où se sentant surveillé par la Gestapo, il décida de quitter la ville.

Il se retrouvera à Alençon au mois d’août 1944. Il prit alors l’initiative d’aller, le 11 août au soir, à la rencontre des avant-gardes de la Division Leclerc à Saint-Gilles pour les informer que l’armée allemande avait quitté la ville et que les ponts sur la Sarthe n’avaient pas été minés.Il accepta de servir d’éclaireur et conduisit ainsi les premiers éléments de la 2ème D.B. jusque sur le Pont-Neuf où Leclerc installa son P.C. à l’aube du 12 août 1944. Grâce à l’audace et au sang-froid de ce jeune résistant de 19 ans, Alençon fut libérée sans combat.C’est là un exemple très typique de l’ardeur patriotique d’une partie de la jeunesse alençonnaise et de ses réactions face à l’Occupation et à la Collaboration ».

SOIREE SPECIALE AVEC MARTIN GRAY A ALENCON

Classé sous ACTUALITE,CONFERENCE - DEBAT,HISTOIRE,TEMOIGNAGE — Vive la Résistance @ 4 h 15 min

« Vive la Résistance« 

 

Propose une

 

CONFERENCE – DEBAT

avec

MARTIN GRAY

 

martingray01.jpg

LUNDI 26 MARS 2007

ALENCON – HALLE AUX TOILES -

A 20H30

ENTREE LIBRE

<< Au nom de tous les hommes >>

Martin Gray est la mémoire vivante de la tragédie du XXème siècle, et l’incarnation de l’espoir dans la vie.

Évadé du camp d’extermination de Treblinka, combattant du ghetto de Varsovie, il entre en vainqueur à Berlin avec l’armée russe. Aux Etats-Unis, il fait fortune. En France, où il vit, la tragédie le frappe de nouveau. Sa femme et ses quatre enfants succombent dans un incendie de forêt près de Cannes.

De ce malheur, il fait une force. Ses livres, « Au nom de tous les miens » et dix autres ouvrages apportent, sagesse, raison de vivre et d’espérer à des millions de lecteurs dans le monde.

 

Soirée spéciale du 7 mars 2007 : « La France au combat »

Classé sous HISTOIRE,Nos journées témoignage — Vive la Résistance @ 4 h 02 min


Journées de la Résistance

de la Déportation,

et des Droits de l’homme

<< Vive la Résistance >> propose :

-Une soirée spéciale à l’occasion de la parution de l’ouvrage :

LA FRANCE AU COMBAT
De l’appel du 18 juin à la victoire

Le mercredi 7 mars 2007 de 18h00 à 20h00 au Conseil Général de l’Orne, salle d’Ecouves

En présence de M. Gérard Burel, président du Conseil Général de l’Orne

Le contenu du livre sera présenté et illustré par plusieurs témoignages d’Anciens résistants et Francais libres.

 

Journée spéciale du jeudi 8 mars 2007 au collège Louise Michel

Classé sous HISTOIRE — Vive la Résistance @ 4 h 01 min

Journée de la Résistance, de la Déportation

et des Droits de l’Homme.

Le jeudi 8 mars 2007

Présence exceptionnelle d’une quinzaine de « Grands témoins », anciens résistants, déportés, enfants cachés.

Programme :

9h00-10h30

     

  • La Résistance (avec évocation particulière de l’action de Jean Moulin et du général Delestraint).
  • La France sous l’Occupation, répression, antisémitisme.
  •  

10h30-12h00

Rencontres directes avec les « Grands témoins ». Travail en groupes (élèves séparés dans quatre salles) :

     

  1. Français libres
  2. Résistants de l’intérieur
  3. Déportés résistants
  4. Déportés Shoah et enfants cachés
  5.  

 

14h00-16h30

     

  • Témoignages de déporté(e)s (déportés résistants et déportés Shoah). Le thème 2007 du Concours sera particulièrement développé. Participation de la chorale du collège qui interprétera le « Chant des Partisans ».

  • L’espérance : les avancées en matière de Droits de l’Homme depuis la Seconde Guerre mondiale.

  •  

Mme Isabelle Choko, survivante du ghetto de Lodz, d’Auschwitz, et de Bergen Belsen, viendra dédicacer son dernier ouvrage intitulé « Mes deux vies ».

Salle polyvalente du collège Louise Michel à Alençon

 

JOURNEES DES 6 ET 7 DECEMBRE 2006

Classé sous HISTORIQUE DES JOURNEES — Vive la Résistance @ 1 h 03 min

dsc01759.jpg

cliquez 2 fois sur la photo ci-dessus pour agrandir l’image et en avoir une meilleure qualité

Les journées de la Résistance se sont déroulées à Alençon les 6 et 7 décembre 2006. Depuis plusieurs années, les jeunes scolarisés dans plusieurs collèges et lycées du département ont la chance de pouvoir assister à ces journées où de nombreux Français libres, Anciens résistants ou déportés viennent témoigner.L’association « Vive la Résistance » a permis la mise en place d’une nouveauté cette année : une conférence placée en ouverture des journées de la Résistance et ouverte au public.Serge Borochovitch, Français libre de 1940 et Ancien du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad a retracé l’odyssée des soldats de Leclerc en Afrique entre 1940 et 1943. Le public a pu parfaitement saisir tous les aspects de cette période importante des premiers combats de la France Libre en Afrique grâce à la présentation efficace de Serge Borochovitch qui mêlait histoire générale et anecdotes personnelles et qui s’appuyait sur de nombreuses cartes, photos et documents projetés sur écran géant. Après la diffusion de la Marche de la 2èmeD.B., le public a pu se procurer l’ouvrage de Didier Corbonnois « L’odyssée de la Colonne Leclerc » qui correspondait parfaitement au thème de cette superbe conférence.

La journée du 7 décembre intitulée « Sur les pas de nos libérateurs » et destinée principalement aux scolaires (des élèves d’Alençon, d’Argentan et d’Écouché) a constitué le deuxième temps fort de ces rendez-vous alençonnais. Durant la matinée consacrée à la Résistance (intérieure et extérieure), les élèves ont notamment pu écouter les témoignages de Jean Piétri et Jacques Vico (Anciens du R.M.S.M.), de Charles Pageau (Ancien du 1er Régiment de Fusiliers Marins), de Serge Borochovitch et de Louis Cortot (Compagnon de la Libération et président de l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance).L’après-midi a été l’occasion de présenter le thème national 2007 du Concours de la Résistance et de la Déportation « Le travail dans l’univers concentrationnaire nazi ».Les Anciens de la 2ème D.B. ont ensuite évoqué leurs parcours pendant la Campagne de Normandie. Jean Piétri a ainsi rappelé les durs combats qui se sont déroulés au carrefour de La Hutte au sud d’Alençon et Léon Baudon (Ancien du 501ème R.C.C.) ses souvenirs de la libération d’Écouché.Michel Leclerc de Hauteclocque a conclu la journée en présentant la personnalité de son père complétant ainsi parfaitement les autres témoignages qui ont fait de cette journée, une fois de plus, une exceptionnelle leçon « d’histoire vivante ». Nous préparons maintenant la seconde journée spéciale qui se tiendra début mars 2007 au collège Louise Michel ; elle constituera un moment fort pour les élèves qui participent nombreux, comme chaque année, au Concours de la Résistance et de la Déportation dans notre établissement.Christophe Bayard

123

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus